Combien de carbone absorbe un arbre ? Quels sont les arbres qui captent le plus de CO2 ?

Les arbres jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique en agissant comme des puits de carbone, c’est-à-dire qu’ils absorbent le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’atmosphère. En effet, ils ont la capacité d’absorber une grande quantité de CO2 grâce à un processus appelé photosynthèse. Ce phénomène naturel permet aux arbres de capturer et stocker le carbone tout en libérant de l’oxygène dans l’atmosphère. Ainsi, plus il y a d’arbres en bonne santé sur notre planète, moins il y a de CO2 dans l’air. Dans cet article détaillé avec des données comparatives, nous allons explorer les différents aspects de cette question clé : combien de carbone absorbe un arbre, et quels sont les arbres qui captent le plus de carbone ?

Comprendre la photosynthèse, le processus clé de l’absorption du carbone

La photosynthèse est un processus complexe qui se déroule principalement dans les feuilles des végétaux grâce à la présence de chlorophylle, une molécule responsable de leur couleur verte. Le processus de la photosynthèse peut être simplifié en trois étapes principales :

  1. Absorption de la lumière. La chlorophylle capte l’énergie lumineuse du soleil.
  2. Transformation de l’énergie lumineuse en énergie chimique. Cette énergie est utilisée pour transformer le CO2 et l’eau (H2O) présents dans les cellules végétales en glucose (C6H12O6), une molécule riche en énergie.
  3. Stockage du carbone. Le glucose produit est ensuite transformé et stocké sous forme de matières organiques, comme la cellulose, constituant principal du bois.

Ainsi, grâce à la photosynthèse, les arbres absorbent le CO2 atmosphérique et contribuent à réduire sa concentration dans l’air.

Quelle quantité de CO2 un arbre peut-il absorber ?

La quantité de CO2 qu’un arbre peut absorber dépend de nombreux facteurs tels que son âge, sa taille, son espèce, et les conditions environnementales. Néanmoins, on estime qu’en moyenne, un hectare de forêt tempérée mixte peut absorber environ 10 tonnes de CO2 par an.

L’âge et le type d’arbre sont les facteurs les plus significatifs sur la capacité d’un arbre à absorber le CO2. En effet, les jeunes arbres en pleine croissance absorbent généralement plus de carbone que les arbres matures. Cela s’explique par le fait que la croissance rapide des jeunes arbres nécessite une grande quantité de matières organiques pour constituer leur tronc, leurs branches et leurs feuilles.

De plus, certaines espèces d’arbres sont plus efficaces que d’autres pour absorber le dioxyde de carbone. Par exemple, les forêts de feuillus, comme les chênes ou les hêtres, ont tendance à stocker davantage de carbone que les forêts de conifères.

Pour y voir plus clair, voici un tableau comparatif, avec différentes espèces d’arbres, l’absorption moyenne de CO2 en kg par an, et l’absorption de CO2 sur 40 ans, en kg également.

Tableau comparatif du captage de CO2 par les arbres selon leur espèce et leur âge
Espèce d’arbre Absorption de CO2 par an (kg) Absorption de CO2 sur 40 ans (kg)
Séquoias géants (Sequoiadendron giganteum) 250 10000
Paulownia (Paulownia spp.) 100 4000
Eucalyptus (Eucalyptus spp.) 50 2000
Peuplier (Populus) 25.1 1004
Chêne (Quercus) 22.7 908
Hêtre (Fagus) 20.3 812
Pin (Pinus) 19.8 792
Sapin (Abies) 18.9 756
Érable (Acer) 16.5 660
Bouleau (Betula) 12.7 508

Pour donner un exemple concret, prenons le cas d’un chêne. À l’âge de 50 ans, un chêne peut avoir absorbé environ 1 tonne de CO2. Cela équivaut à peu près aux émissions annuelles d’une voiture thermique et d’une consommation moyenne parcourant 15 000 km.

Autre exemple. Un Eucalpytus absorbe en moyenne 50 kg de CO2 par an pendant sa croissance. A 40 ans, l’arbre aura stocké près de 2 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles d’une voiture thermique et d’une consommation moyenne parcourant 30 000 km par an.

En regardant plus attentivement les données ce tableau, on comprend effectivement que tous les arbres ne sont pas égaux dans leur capacité à capter du carbone.

Notes sur les données comparatives de ce tableau :

  • Les valeurs d’absorption de CO2 par an sont des estimations basées sur une croissance moyenne dans des conditions optimales.
  • L’absorption de CO2 sur 40 ans est calculée en supposant que l’arbre croît et absorbe du CO2 de manière constante pendant cette période. Cette simplification ne prend pas en compte le taux de croissance variable qui peut survenir à différentes étapes de la vie de l’arbre.
  • Ces chiffres sont basés sur des études générales et peuvent varier selon les conditions spécifiques de croissance, la santé de l’arbre, et les changements climatiques.

Quel est l’arbre qui capte le plus de CO2 ?

Voici, à l’échelle de la planète, le classement des 3 arbres qui absorbent le plus de CO2 au cours de leur croissance.

1/ Le Séquoia géant

L’arbre qui absorbe le plus de CO2 à l’année est incontestablement le Séquoia géant, avec 250 kg de CO2 capté à l’année. A l’âge de 40 ans, un séquoia géant aura absorbé près de 10 tonnes de CO2 ! Pas étonnant cependant : ces arbres, qui figurent parmi les plus grands et les plus volumineux du monde, peuvent capturer de grandes quantités de CO2 grâce à leur biomasse importante. Leur longue durée de vie contribue également à leur capacité de stockage du carbone sur de longues périodes. Toutefois, leur habitat est relativement restreint, se limitant principalement aux versants ouest de la Sierra Nevada en Californie (États-Unis), ils sont peut nombreux sur la planète. Individuellement, leur performance est impressionnante, mais à l’échelle planétaire, leur part de captation de CO2 est donc faible.

Séquoia géant de Californie, vue de sa base.
Un Séquoia géant de Californie, aux États-Unis.

2/ Le Paulownia

Le Paulownia est un formidable réservoir de CO2 : il absorbe environ 100 kg de CO2 par an, atteignant jusqu’à 4000 kg sur 40 ans. Cette capacité exceptionnelle s’explique par sa croissance extrêmement rapide, qui lui permet de produire une grande biomasse en peu de temps. Originaire de Chine et d’Asie de l’Est, le Paulownia s’adapte à divers climats, poussant efficacement dans de nombreuses régions du monde, y compris en Europe et aux États-Unis. Sa résilience et sa croissance rapide en font un choix privilégié pour la reforestation et la lutte contre le changement climatique. Contrairement aux Séquoias géants, son habitat beaucoup plus étendu lui permet d’être planté dans de nombreuses régions du monde.

Un Paulownia
Un paulownia adulte et fleuri.

3/ L’Eucalyptus

Avec plus de 700 variétés, les eucalyptus se trouvent dans une grande variété d’habitats, allant des forêts humides aux zones semi-arides. En termes de captation de CO2, tous les Eucalyptus ne se valent pas. Mais certaines espèces sont particulièrement efficaces, en faisant un des arbres les plus efficaces en la matière : un Eucalpytus dans les meilleures conditions peut absorber 50 kg de CO2 par an pendant sa croissance. A 40 ans, l’arbre aura stocké près de 2 tonnes de CO2. Ce sont ces types d’eucalyptus, reconnus pour leur croissance rapide leur permettant de séquestrer rapidement le CO2, qui sont très utilisés dans les programmes de reforestation et de plantation de forêts commerciales.

Un grand arbre eucalyptus, une espèce à croissance rapide
Un immense eucalyptus à croissance rapide.

Les projets de reforestation, une solution pour compenser les émissions de CO2

La reforestation est une solution efficace pour lutter contre le réchauffement climatique en compensant les émissions de CO2. De nombreux projets ont été mis en place à travers le monde pour planter des arbres et restaurer des écosystèmes dégradés.

Un exemple notable est le projet « Plantons pour l’avenir » en France, qui vise à planter 7 millions d’arbres dans des zones déforestées ou dégradées d’ici 2030. Ces nouveaux arbres contribueront à absorber environ 1 million de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année.

Le saviez-vous ? Vous pouvez offrir un arbre dans une forêt pour encourager la préservation des forêts et la reforestation. En soutenant ce type de projets, les individus et les organisations peuvent compenser une partie de leurs propres émissions et participer activement à la lutte contre le réchauffement climatique.

Outre leur rôle de puits de carbone, les arbres offrent de nombreux autres avantages environnementaux. Ils contribuent à la préservation de la biodiversité en fournissant un habitat pour de nombreuses espèces animales et végétales. De plus, les racines des arbres aident à lutter contre l’érosion des sols en stabilisant le sol et en retenant l’eau.

La plantation d’arbres a également un impact positif sur le microclimat local en régulant la température et l’humidité ambiante. Enfin, les forêts jouent un rôle essentiel dans le cycle global de l’eau en favorisant la formation des nuages et des précipitations.

La séquestration de carbone dans les arbres est un processus complexe influencé par de nombreux facteurs, y compris les pratiques de gestion forestière, l’âge de la forêt, et les conditions climatiques. Les efforts de reforestation et de gestion durable des forêts peuvent maximiser le potentiel de séquestration de carbone des arbres, mais il est important d’avoir des attentes réalistes basées sur des données scientifiques solides.

Alexandre Chauvel